Ce qui est arrivé le 7 mai et qu’on ne vous a pas dit à la Télé.

7 mai 2014

 

07 mai 2014. Rassemblement en solidarité aux victimes de brutalité policière. Évènement organisé conjointement entre l’Assé(Association pour une solidarité syndicale étudiante)  et le COBP(Collectif opposé à la brutalité policière). À 18 heures, à peine quelques personnes se trouvaient au coin de Ste-Catherine et St-Urbain mais, tranquillement pas vite, la place commença à se remplir. En tout, une centaine de personnes et plus, se sont montrées au rassemblement. Certain-e-s préférant quand même rester de l’autre coté de la rue, craignant une souricière.D’autres ne pouvaient tout simplement pas être là en raison de leurs conditions suite à leur judiciarisation. Leur peur est plutôt justifié. Il y avait exactement le même nombre de vans anti-émeutes et de policiers que le 1er mai. La cavalerie et l’hélico en moins. Ils ont d’ailleurs dû se rendre compte assez vite que leur effectif était injustifié pour le nombre de militant-e-s présentEs sur place. Peut-être s’attendaient-ils à une manifestation ou peut-être n’avaient-ils pas compris le sens du mot « rassemblement ».

Le rassemblement à bien eu lieu. De beaux discours très émotifs et remplis de solidarité ont étés lus par des victimes de Brutalité Policière, dont Robert Fransham, l’homme de 71 ans qui s’était fait frapper  par une ligne de policiers anti-émeute qui l’avaient fait chuter lui et son vélo, le 3 avril. À la fin des discours, les organisateur-trices  ont invités les gens à une action surprise.  Une belle action symbolique visant à faire remplir des plaintes en déontologie sur place et aller les porter dans une boite aux lettres. Les 200 enveloppes timbrées étaient là, n’attendant que de se faire remplir. Et en plus les policiers étaient à proximité au cas où on en reconnaissait un et qu’on voudrait lui demander son numéro de matricule. Ce n’est pas tant mal finalement qu’ils aient sortis tout l’effectif  mais on s’entends qu’ils n’ont pas trop aimer cela. Ils devaient s’attendre à donner plusieurs coups de matraque, et finalement ils se sont retrouvés à devoir écouter des discours qui les visaient directement et à assister au dépôt de 200 plaintes sous leurs yeux.

Ils ont dû se dire que ça ne se passera pas comme cela et, pour entacher l’événement, ils ont procédé à deux arrestations. L’un des deux, était entrain de filmer l’arrestation du premier quand il s’est fait lui-même arrêté brutalement. Ils se sont fait donnés chacun une amende de 101$ pour avoir salit l’espace public. Ils auraient, semble-t-il, fait tomber un papier à terre. Toutes les raisons sont bonnes pour un peu de répression de fin de manif.

 

Qui nous protege de la police 7 mai 2014

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s