Mais, que s’est-il passé à la manif contre la brutalité policière?!

Les astres ont dû s’aligner. Où bien, c’est la semaine des quatre jeudis. Pour la première fois depuis 20 ans, la manifestation annuelle contre la brutalité policière a eue un point de départ ET un point d’arrivé. Un 15 mars historique.
La manifestation à quitté le Parc La Fontaine aux coins de Garnier et Rachel après quelques discours. Il y avait beaucoup de policiers à vélos, quelques voitures en tête et la cavalerie qui fermait la marche. Les policiers de l’escouade tactique qui marchent habituellement sur les côtés étaient absents de la marche. Près de 500 personnes étaient présentes. Une grande présence médiatique était à remarquer, probablement en réponse au communiqué de presse du COBP qui invitait la population citoyenne à être leurs propres témoins des événements qui sont souvent peu ou mal couverts par les chaines nationales de nouvelles au fil des années. La manifestation à prit la rue Parc-la-fontaine jusqu’à Sherbrooke avant de descendre Saint-Denis jusqu’à St-Catherine puis de continuer jusqu’au métro Atwater. Une tension particulière était palpable à l’approche des postes de police sur le trajet qui étaient surprotégés par les policiers. Proche de place des arts il y’avait des policiers en anti-émeute dans le parking, principalement pour protéger les voitures mais malgré que la foule criait plus fort, il n’y a eu aucun incident jusqu’au point d’arrivé où il y a même eu un discours de clôture.
Que s’est il passé alors? Depuis 20 ans , la journée contre la brutalité policière est le jour où,paradoxalement, il y a le plus de brutalité policière. Le fait de prendre une rue à contre-sens, ou déplacer du matériel urbain (cônes, barrière), suffit souvent à une dispersion ou à une arrestation de masse. On pourrait penser qu’ils manquaient d’effectifs, hors les vans Jean Legaré ont suivit la manifestation sur les rues parallèles à celles-ci tout le long. Ils étaient prêts. Est-ce que le communiqué de presse du COBP et la grande présence médiatique les a fait reculer ? Où est-ce un coup de publicité pour essayer de faire croire à la population qu’ils ne sont jamais brutaux et redorer leur image ? À en lire le porte-parole de la police on pourrait bien le croire.
« Depuis 20 ans, on a toujours partagé le même message. On a dit aux gens qu’ils étaient les bienvenus s’ils sont là dans un but pacifique et qu’ils veulent passer un message. Cette année, le message a été entendu et le résultat est très positif. « Comme  Service de police, on est très content du résultat» – le commandant Ian Lafrenière du SPVM.
Mais peu importe la stratégie derrière cette manifestation, elle a été une réussite car elle a pu parcourir un grand trajet et se faire voir sur des rues très passantes et le message principal de s’opposer à la brutalité policière a été entendu. Aucune arrestation, aucun gaz ou coup de matraque, c’est principalement une bonne chose. Et ça prouve que quand la police reste sage,il n’y aucune raison d’avoir peur des personnes présentes à la manifestation. Cependant, il ne faut pas oublier que la brutalité policière a lieu tous les jours de l’année. Le 13 mars, un homme est mort lors de son arrestation dans Hochelaga-Maisonneuve. Le fait qu’ils n’aient pas utilisé de répression cette année ne prouve en aucun cas qu’ils ne sont pas brutaux, ça prouve seulement qu’ils sont prêts à tout pour avoir une bonne image auprès de la population.
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s